Tartine pour Femme/Homme – Rue Traversette

 

Rue Traversette, 2015.

Cible : ♀ / ♂


 Caractéristiques

Deux terrines de légumes apéritives en pot proposant chacune différents bienfaits spécifiques. La « Tartine franchouillarde pour Femme – trop bonne » se compose d’avocat, de céleri, de fenouil, de pomme et de thé vert. La « Tartine franchouillarde pour Homme – le mâle » est composée de d’oignon, d’asperge, de carotte et de gingembre.


Justification / « bénéfices produit »

La Tartine pour Femme promet un « effet ventre plat assuré » grâce à « des fibres, des légumes pour le transit ».
La Tartine pour Homme « aide à la virilité », avec des « légumes aux acccents virils, symboles du mâle « vigoureux » ».


Réception

Assez classique, deux camps s’opposent : celles et ceux qui critiquent férocement l’idée de genrer un produit aussi neutre qu’une terrine, et celles et ceux qui n’y voient que de « l’humour » et pensent que « des combats plus importants » sont à mener.


Problème

✔ Stéréotypes de genre : habitudes de vie (la Femme est perpétuellement au régime, elle ne peut apprécier un apéritif que s’il lui assure un ventre plat. L’Homme est perpétuellement en quête de satisfaction sexuelle et se doit d’être performant, il privilégie donc les aliments aphrodisiaques.)
✔ Injonctions à la minceur : la description de la Tartine pour Femme précise bien après avoir détaillé la composition gourmande de sa terrine « n’oubliez pas pour autant votre jogging », sous-entendant que la Femme se doit de faire du sport, de s’entretenir et de ne surtout pas grossir.
✔ Injonctions à la désirabilité : la Tartine pour Femme est sous-titrée « trop bonne », usant ainsi d’un jeu de mot douteux pour nous rappeler qu’il est important pour une Femme d’être désirable aux yeux de la société, et qu’il faut être mince pour l’être.


Réaction de la marque

Interpellée par Sandrine de la PinardotheK, la marque s’est immédiatement retranchée derrière le sacro-saint humour et le « second degré », prétextant que l’on pouvait s’amuser des stéréotypes et que les femmes obsédées par les régimes existaient bel et bien (demandez-vous donc pourquoi). Elle a également précisé que l’équipe ayant travaillé sur ces produits était mixte, sous-entendant ainsi qu’ils ne pouvaient donc pas être sexistes, avant de se plaindre de « la fatwa des extrémistes féministes ».

Le jour suivant, la marque s’est cependant fendue d’un mot d’excuses concernant la gestion de la « crise ».

À toutes celles et ceux qui ont témoigné avec colère, force, d’une manière ou d’une autre, leur indignation devant mes propos, je leur présente mes sincères excuses.


Points bonus

✔ Grossophobie (l’injonction à la minceur de la Tartine pour Femme)
✔ Transphobie (les sous-entendus sur les légumes phalliques et le « mâle vigoureux » font bien entendu référence à la sexualité puissante et pénétrante de l’Homme – et donc de son Pénis)
✔ « Mais c’est de l’humour. »


Contacter la marque

Site de Rue Traversette
Facebook / Contact

Rue Traversette
La Garrigue – 13 rue de l’Amellau
34725 Saint André de Sangonis

souriez@ruetraversette.com

 +33 (0)9.81.85.31.78



Voir aussi


→ Tartine gate* – La PinardotheK
Une marque de tartines qui n’aime pas qu’on pointe son sexisme – Libération

Au sujet de l’humour :
L’humour est une chose trop sérieuse…

…pour être laissée à des rigolos

L’impolitesse du désespoir – Une heure de peine, Denis Colombi

Petit tour d’horizon des produits alimentaires genrés :

les cornichons « croquants et puissants » pour Homme et « croquants et adorables » pour Femme de Kühne (Allemagne)
– la tisane pour Homme et pour Femme de Yogi Tea
les Männer-Bratwurst, saucisses épicées pour Homme,  et les Frauen-Bratwurst allégées en matières grasses pour Femme d’Edeka (Allemagne)
– les œufs de poule pour garçons et filles